Solus, Ikey et Patreon

Parlons bien, parlons Linux, parlons de Solus plus précisément. La nouvelle de la semaine pour la distribution c’est que son fondateur/dictateur Ikey Doherty a annoncé qu’il quittait son boulot chez Intel pour se consacrer à 100% dans le Solus Project.
Beaucoup de questions peuvent émerger :

Solus tourne chez moi depuis plus d’un an maintenant et la distribution a atteint une stabilité exemplaire. Tout fonctionne simplement et la logithèque s’est grandement étoffée en douze mois. Ce qui me laisse penser que la distribution est réellement devenue intéressante à installer pour un utilisateur qui ne souhaite pas se prendre la tête.

La distribution fait partie du Solus-Project initié par Ikey Doherty, développeur précédemment connu pour être un des mainteneurs de LMDE et depuis plus de cinq ans derrière EvolveOS/Solus.

Le monsieur a donc annoncé qu’il allait désormais travailler à plein temps sur Solus, que son projet allait devenir son job dans quelques semaines. Cette annonce implique donc que le projet va avancer beaucoup plus rapidement et la réécriture du DE maison Budgie de GTK vers QT va également pouvoir commencer à avancer.

Il va pourtant bien falloir qu’Ikey gagne sa vie et c’est ici que la communauté vient jouer un rôle dans la vie du projet. Solus, avec sa page Patreon , récolte de l’argent donné par ses utilisateurs et arrive donc à cumuler un équivalent de salaire mensuel.

Le projet a auparavant déjà utilisé cet argent pour la distribution avec l’achat de serveurs, un agrandissement de l’infrastructure nécessaire lorsqu’une distribution grandit. L’équipe avait déjà offert une prime pour un concours de développeur qui arriverait à coder une fonction Alt+TAB en accord avec l’ergonomie globale de la distribution.

J’avais déjà trouvé cette dernière utilisation ingénieuse, car elle impliquait la reconnaissance d’un dev externe au projet pour sa contribution. Et maintenant le projet va pouvoir employer Ikey à plein-temps en lui versant un salaire raisonnable. On pourrait croire que le monsieur utilise l’argent des utilisateurs pour lui-même, qu’il va peut-être pouvoir se payer des vacances aux Bahamas, mais il n’en est point.

Ikey a déjà expliqué dans plusieurs podcasts et dans le billet du blog Solus qu’il profitait de cette opportunité pour réaliser un rêve, porter son projet pleinement en s’y dévouant à 100% sans avoir de contraintes avec un boulot à côté.

J’y vois également une alternative intéressante pour le développement d’un distribution, la communauté a la possibilité de soutenir les devs d’une manière viable. Car on le sait tous mais l’argent est un pilier de notre monde actuel et bien qu’il ne fasse pas tout il permet de vivre décemment.

On a vu que le financement participatif fonctionnait pour des projets divers et varié, Solus est un projet, utile pour certains utilisateurs et son développement ne se résume pas qu’a son propre nombril. On a vu que le DE Budgie s’était vu offrir une saveur officielle chez Ubuntu, que Solus proposait également Mate et GNOME et qu’ils contribuaient avec d’autres devs comme Wimpy, mainteneur d’Ubuntu Mate, pour divers outils comme un menu tel Brisk menu. Linux-drivers-manager fait aussi partie des projets développé par Ikey et qui peuvent servir les utilisateurs d’autres distributions.

J’y vois donc ici un avancement singulier dans l’évolution du monde Linuxien actuel. Soutenir les développeurs est essentiel car bien qu’étant nombreux ils ne faut pas oublier sue principalement ils contribuent sur leur temps libre et que parfois il est compliqué de se libérer du temps pour faire évoluer une distribution.
Patreon est en cela intéressant car il donne un pouvoir d’action et de soutiens de la part des utilisateurs aux équipes maintenant une distribution ou tout autre projet.

Pas d’implication commerciale là-dedans ni de part de marché à conquérir, maîtriser et tirer profit. Ici il s’agit de soutenir une vision de l’informatique, une initiative servant des utilisateurs inconnus. Je suis très excité de voir ce sue ça va donner et je suis content qu’un mec développant quelque-chose le dépassant puisse être soutenu de la sorte pour élaborer un projet servant l’informatique.