Pong musical – The Beatles – Album Rouge 1962-1966 et Album Bleu 1967-1970

Bon, je me cale le casque bien serré sur la tête, histoire qu'aucune note ne s'en échappe, non, tout pour mes oreilles, j'en profite aussi pour me caler dans mon fauteuil préféré, et j'appuie sur le bouton à déclencher les endorphines. Et puis, des sons étranges me parviennent, des voix s'époumonent dans le lointain, des guitares cachectiques tentent de se faire entendre... Bizarre, étrange... C'est pas du tout ce que m'avait promis le Pain Of Salvation fan, les fans doivent dirent POS d'ailleurs, comme les vieux comme moi disaient ELP, BBA, par exemple... Il a du se prendre les cheveux dans le tapis le Furventesque, s'éclater la tête sur le coin de la cheminée qui cheminait en ce jour humide de printemps qui ressemblait à un jour d'hiver humide...Le second morceau me balance la même bouillie.

Je suis déstabilisé. La petite blague dure un peu longtemps je trouve... Et puis je trouve au fin fond de ma perplexité une idée qui passait par là, qui a sans doute vu ma tronche défaite, et devant tant de désarroi me souffle que peut-être, je dis bien peut-être, le problème vient de moi, bien que généralement le problème vienne des autres, pas de moi, c'est bien connu. Bon, je vous la fais courte : toujours bien insérer la prise mini jack dans l'orifice prévu.

Et ensuite j'ai vécu un très bon moment musical. Les endorphines sont venues en quantité importante. Et je me suis demandé pourquoi je connaissais Transatlantic, pourquoi je connaissais aussi Spock's Beard ou Dream Theater et pas POS (je peux, je suis fan...) ? Le nom ? Pain Of Salvation m'aurait évoqué un truc genre souffrance de la rédemption judéo-chrétienne ? Je vous ai déjà parlé de ça à propos de Mastodon, mais bon, on juge bien les humains sur des a-priori, pourquoi pas le style d'un groupe sur les mêmes a-priori ?

L'ondulé capillaire avait raison : c'est riche. Les parties puissantes alternent avec d'autres d'une délicatesse éthérée, et tout s’écoule fluidement, tout semble simple et évident, juste et à sa place. Bon, je vais pas vous faire l'article, l'anti-fan sardouien vous l'a déjà fait. Un seul reproche : pourquoi ne pas m'avoir donné ça il y a dix ans ?

Pong donc. Remedy Lane / Penny Lane (Penny Lane is in my ears and in my eyes...). C'était d'une évidence imparable...

Si tu es né dans les années soixante, tu a toujours vécu avec les Beatles. Au début, tout minot c'était avec la radio, entre deux « variétés françaises » mais piquées outre manche ou atlantique, et honteusement dénaturées, adaptées avec un mauvais goût issu des bals musettes, bref, parfois arrivait un ovni musical avec des arrangements surprenants, des sonorités nouvelles. Là où en France on collait des violons calés sur la mélodie, les Beatles te balançaient des passages d'orchestre symphonique, des empilement de parties complexes, des cuivres, des violoncelles, des chœurs immenses et plein d'instruments originaux. Mais faut pas croire, les radios passaient peu les Beatles à cause de toutes les Stars Françaises...

Je connaissais pas de personnes ayant des albums avant qu'en 74 je puisse me copier les 54 morceaux des albums rouge et bleu. Qui sont des compilations, que des classiques dans l'ordre de parution. Ce qui permet de mesurer l'évolution des compositions... Et j'ai écouté. Distraitement ou attentivement, ça dépendait. Parce que tu peux écouter en musique de fond, des mélodies toujours divertissantes, ou attentivement, et là tu entres dans un monde de découverte infini : je défie quiconque de tout avoir repéré et d'être lassé de redécouvrir le petit contre chant de la flûte dans The Fool On The Hill ou l'utilisation d'une guimbarde... A Day In The Life : une petite cinquantaine de musiciens, pas moins de cinq pianistes différents sur cinq pianos différents... enregistrement du 19 janvier au 22 février...

Le gros problème avec les Beatles c'est qu'on connaît trop, donc on n'écoute plus. Mais moi j'ai eu la chance de ne pas trop connaître ces 54 morceaux, donc j'ai écouté, attentivement, avidement, gourmandisement. Et je continue.

Bonne écoute.