Société de diffusion, de communication, de façade, d’éparpillement. Nous vivons dans un monde qui avance vite, parfois trop. Se (re)concentrer sur soi, sur la vie, peut parfois s’avérer difficile avec tous ces moyens de diffusion qui nous entourent, qui nous appellent à la consommation de l’instant.

L’information s’est vu abbrégée avec l’arrivé des chaines d’infos en continu, où le but premier est de tenir le téléspectateur en alerte histoire de se gaver sur les pubs, faire de l’audimate. L’information, elle non plus, ne prend plus le temps. C’est pour celà que le format hebdomadaire ou encore mensuel est plus adapter à la réflexion, l’approfondissement.

Le smartphone est sans doute l’élément qui cristallise le plus cet état d’esprit. Nous le sollicitons un nombre incalculable de fois, mais il nous sollicite également de façon totalement autonome, nous incitant à aller encore plus loin dans l’épanchement. Reprendre la main sur l’outil, c’est la bataille que j’essaie de mener depuis quelque temps. Ne pas être esclave d’une chose qu’on ne décide pas, et plus particulièrement sur le net, là où par rapport à la vie réelle le choix est plus facile.

Ayant virer les services Google de mon smartphone Android, tournant sous LineageOS, j’utilise principalement F-Droid comme magasin d’applications. En fouillant dans ses recoins je suis tombé sur Privacy Browser. Un navigateur web qui se propose de désactiver par défaut le support de Javascript, des cookies, DOM storage et autres.
Première impression : Incroyable ce que l’on gagne en réactivité lorsque le Javascript est désactivé.

Il est bien sûr possible d’activer tout cela dans le menu de configuration de l’application, certains sites/services en ont besoin notamment. Mais là où le navigateur se veut intéressant dans cette politique de la concentration, c’est qu’il ne propose pas, pour le moment, de support à la navigation par onglets. Privacy Browser se supporte que la vue principale, point. Pas de diffusions possibles en ouvrant une multitude d’onglets et, sur un support comme le smartphone, je trouve cela judicieux.

Pour moi le smartphone n’est pas le support principal pour naviguer sur Internet, je lui préfère largement le confort d’un ordinateur. En revanche pour de petites recherches, une utilisation breve, dans l’instant, pour le coup j’utilise plus naturellement le téléphone que le PC.

Le navigateur est très simple à prendre en main et, petit plus, il comporte même une section guide expliquant le pourquoi de la désactivation de Javascript, cookies et consorts. Très bon point pédagogique.
On y retrouve également un bloqueur de publicité ainsi que le support pour une navigation par proxy Tor Orbot.

Privacy Browser est donc un navigateur atypique, se voulant plus respectueux de la vie privée des utilisateurs. Et même s’il est possible d’arriver au même résultat avec un Firefox par exemple, il faut bien reconnaître que la rapidité du moteur natif Web View améliore grandement le confort et la fluidité dans l’utilisation quotidienne, ponctuelle, de notre smartphone. Une application à surveiller.