Blogus Musicus #3

Table des Matières

Après une grande pause pendant l’été voici le retour de mes coups de cœur musicaux du moment. Le mois de septembre fut riche en écoutes intéressantes, autant au niveau des nouveautés que des anciennes productions. Il y avait de quoi faire et ça annonce un mois d’octobre bien remplie.

Pour ce mois de septembre je n’ai choisi que deux albums. Le premier n’en finit pas de m’étonner depuis une semaine et le deuxième m’accompagne depuis quelques mois maintenant pour mes trajets en voiture.

The Contortionist - Clairvoyant

Un nouvel album pour le groupe d’Indianapolis qui se veut un peu comme la suite logique au précédent opus Language. Au départ groupe de deathcore, genre à la mode il y a quelques années dans le métal et assez (en général) pauvre selon moi, leur musique a évolué pour venir lorgner du côté du prog, délaissant les accordages trop bas, les growls et hurlements pour venir apporter de la matière à leurs compositions, une âme dans l’écriture qui permet de transmettre.

L’album arrive à habilement mélanger arpèges et passages planants avec riffs acérés et violents. La voix de Michael Lessard est envoûtante, jonglant entre la tendresse, le désespoir et la colère.
On voyage donc entre des mélodies pop, arpèges et riffs de guitares rappelant les Floyds, parties plus violentes et techniques.

J’aime ce genre de production, mélangeant les genres si bien qu’on ne reste pas cantonner dans un style précis. Un groupe que je continuerai de suivre tant leur évolution me plaît.

Seul reproche que je pourrais avoir sur l’album c’est au niveau de la production qui je trouve parfois fait assez plate. La batterie et les guitares plus précisément sonnent parfois trop travaillées, un son numérique qui enlève un peu de magie, qui efface l’humain derrière l’instrument.

Con Brio - Paradise

Là nous tenons un album qui ne peut que mettre la banane, un petit groupe de San Fransisco qui vient te faire bouger même quand tu dors. Ici il n’y a pas d’artifices: une voix, une batterie, une basse, une guitare, un clavier, un saxo et une trompette. Ça fait pas mal de monde sur scène et la musique groove, transporte.

Con Brio veut dire with spirit dans le langage musical. Peut-être présomptueux comme nom mais, une fois la musique lancée, tellement vrais. On ressent le charisme du chanteur, leader du groupe et showman hors-pair en concert venant apporter sur ses textes engagés un panel vocal dantesque. La musique quant à elle oscille entre un savant mélange de rock, funk et soul, jongle entre explosions, euphorie et sensualité. Toujours travaillée elle transpire la puissance malgré le peu d’instruments.

Une très belle découverte, qui je l’espère continuera longtemps à nous faire danser comme-ça. Un groupe qui arrive sans rien dire pour balancer une musique travaillée, dense, libre et brute ça ne peut que faire du bien.

BONUS: Le morceau Kiss the Sun, titre éponyme de l’EP précédant cet album est à tomber par terre