Trouver son chez-soi linuxien

La fragmentation du monde linuxien est un marronnier qui, un peu comme un bon sujet du journal de midi à la télé, revient régulièrement sur le devant de la scène. Loin d’être un problème je pense que cette fragmentation représente au contraire une force, voir même la force de Linux.
Pouvoir offrir un OS avec une ligne directrice, un OS adapté à une certaine tranche d’utilisateurs avec des besoins spécifiques, ce n’est pas fait par hasard et c’est une chance.

Tous le monde sera d’accord sur un point, Linux reste minoritaire en utilisation desktop mais il n’empêche que son écosystème est bien vivant. Ainsi on voit l’évolution d’un OS alternatif qui a su se bonifier avec le temps. Linux c’est une philosophie, une possibilité donnée à l’utilisateur pour prendre en main son système, qui n’a et n’aura jamais pour but premier de conquérir le monde. Est-ce un mal ? Si l’on prend les grandes distributions on remarque tous de suite leurs différences et le public qu’elle pourrait vouloir viser :

Aujourd’hui il est possible d’installer une distribution en quelques clics, d’avoir des paquets à jours, des mises à jour de sécurités réactives et un système d’exploitation stable et propre qui fonctionnera sans besoin d’aller fouiner dans ses entrailles via un invité de commande, intuitivement donc.

Pour ceux qui suivent ce blog vous avez sûrement dû remarquer que j’utilise Solus depuis maintenant plus d’un an et que j’en suis pleinement satisfait. Le projet peut paraître minoritaire par rapport à d’autres mais justement j’aime ce coté niche et de plus les devs ont de bonnes idées et sont sans cesse à la recherche de l’expérience utilisateur la plus pereine possible.

Pour ma part je peux y faire ce que je veux sur le système (Web, Torrent, Musique, CLI, écriture, lecture, vidéo). Je n’en demande pas plus et la distribution m’offre ce dont j’ai besoin sans devoir bidouiller.

J’utilise donc une distribution que j’apprécie et qui me correspond, elle n’est peut-être pas aussi fourni que d’autres, mais elle fait le job et a le mérite d’apporter des choses innovantes. Par exemple les mises-à-jour au format delta sont de rigueur maintenant et contrairement à Fedora cela ne prend pas un temps fou pour reconstruire le paquet. Un gain de temps pour ma maigre connexion dans la pampa profonde française.

Si je prend l’exemple du Solus software Center je ne peux que remarquer l’effort qui est fait pour faciliter la vie des utilisateurs pour installer des logiciels. On s’y retrouve dans les catégories, des changelogs sont présents pour ceux que ça intéresse et l’installation se fait une manière transparente et intuitive tout en signalant si des mises à jour de sécurité sont disponibles. D’ailleurs j’ai également installé Solus sur le PC portable de madame et je ne peux que me réjouir de voir à quelle vitesse elle a su maîtriser le système sans me demander de l’aide.

Alors oui Linux peut être compliqué, oui Linux est très certainement différent de Windows ou Mac. Mais cela tend à s’estomper avec le temps d’une manière globale et des distributions mettent un poibnt d’honneur à offrir une entrée en douceur dans le monde Linuxien, une entrée stable et agréable.

Au fond on trouve très souvent chaussure à son pied dans le monde Linuxien et c’est également pour une certaine vision de l’informatique et du monde en général qu’on y vient et qu’on y reste.

Billets en liens :

Poster un commentaire

Nom :

Email (optionel):

Site Web (optionel):

Quelle est la 3e lettre du mot blog ?

Votre message :

Commentaires

#1
23-11-2017

Mouais, je suis aussi sous Solus depuis cet été, je crois que c’est un record d’ailleurs niveau fidélité mais depuis quelques jours / semaines, ça rame comme pas possible, je sais pas d’où ça vient !ais c’est bien moins fluide qu’au début.

Fin de fidélité?…

#1.1
Justin Bridouz

Solus Budgie ? Bizarre moi ça ne rame pas un poil et depuis la dernière synchro c’est encore plus fluide.

As-tu essayé de contacter l’équipe sur IRC ou le forum ?

#1.2
Sébastien
Solus Mate. Nope je vais regarder cela.
#2

J’ai quelques soucis techniques sur le blog et je ne suis pas posé chez moi pour les résoudre, mais voici la réponse que j’avais préparé en réponse à à ton commentaire :

Effectivement je réalise que j’ai pas fait d’effort de doc pour Stacosys comme j’avais fait pour Pecosys. Basiquement, le projet dans sa branche master est celui que j’utilise : https://github.com/kianby/stacosys .

Stacoys fonctionne à base d’e-mails pour approuver / refuser un commentaire. La gestion des e-mail est un composant que je partage avec d’autres projets, c’est géré par SRMail en branche 1.0.171104 : https://github.com/kianby/srmail/tree/1.0.171104 . Attention, La version master de SRMail est en chantier, pas encore prête, je fais évoluer le projet vers une architecture plus teintée micro-service.

Du coup on a 2 services qui tournent tout le temps : stacosys et srmail. J’utilise supervisord pour gérer leur lancement.

Et enfin il y a le template hugo qui ajoute les commentaires à la page HTML générée et propose le formulaire : https://github.com/kianby/blog/blob/master/themes/hugo-pure-yax/layouts/partials/comments.html

Il y a encore un peu de JavaScript dans la gestion du formulaire mais, je pense moi aussi, à améliorer cela pour avoir une version qui fonctionne sans JavaScript. C’est en chantier, j’avance doucement, 1h par ci, 1h par là en week-end souvent.

Bon c’est assez touffu et mal documenté, si malgré tout tu veux y aller je peux faire du support sur par email : kianby@ sur le domaine du blog.

Merci de ton retour.