~/

./

Pong Musical: Nils Lofgren – Weathered

Ah….. L’injustice…. Je peux vous en parler, moi, de l’injustice : je suis un spécialiste de l’injustice. Et pas qu’un petit peu. Si si. Regardez-moi bien attentivement, je sais c’est pas facile les yeux posés sur un écran, ok, je pourrais vous envoyer un selfie, mais c’est pas dans mes habitudes, bref, regardez-moi bien attentivement : que voyez-vous ?

Allez-y, n’ayez pas peur, dépassez vos freins sociaux, sautez allègrement les barrières de votre éducation, pas forcément celle de vos parents d’ailleurs, non-non, l’éducation qui vous vient du fait qu’on doit bien vivre ensemble, et qu’il y a des choses qui pourraient blesser et qu’on ne doit pas dire, pas la peine de faire du mal gratuitement, ça sert à rien, bon ok, les regards détournés, ou plein de compassion sirupeuse, de bienveillance dégoulinante, en disent autant, voire plus, mais c’est pas facile de contrôler la façon dont le regard se pose sur un cas flagrant d’injustice… Alors je vous repose la question : que voyez-vous ? Hmmm… pas facile à verbaliser, hein ?

Alors moi je vais le dire pour vous : vous voyez une incarnation de l’injustice, vous voyez ce que depuis quelque temps on appelle un jeune Boomer, avec des cheveux qui argentent… Et pour en rajouter une couche, un jeune Boomer né dans une petite ville au tout début des années 60, c’est-à-dire à un autre siècle, dans un autre monde, un monde difficile à imaginer aujourd’hui, un monde où, quand ce Boomer s’éveillait aux notes venues d’ailleurs, on ne trouvait les 45 et les 33 tours que dans les magasins qui vendaient des lave-linges, des luminaires, des ampoules de 220v et même des réveils dont on devait remonter le ressort tous les soirs… Alors quand on avait de la chance, au milieu de disques consacrés à l’accordéon musette, aux danses auvergnates, et à la chanson française, on pouvait tomber sur des albums des Beatles, des Rolling Stones ou de Chuck Berry… Puis rapidement un magasin qui ne vendait que des disques a ouvert !!! Un magasin avec des disques classés par ordre alphabétique dans des bacs, un magasin où tu pouvais demander à écouter un album, un magasin où tu pouvais même commander un disque vu et chroniqué dans Best ou Rock & Folk !!! Le Nirvana puissance 10 !!!

Quel rapport avec l’injustice ? Vous ne voyez-pas ? Vraiment ? Eh bien moi je trouve que de ne pas avoir été jeune à l’époque des modems et de Napster mais à l’époque de Sardou triomphant avec La Folle Du Régiment est un Handicap costaud, une flagrante injustice par rapport aux descendants des Boomers…. En clair ça veut dire que le paysage musical facilement accessible aujourd’hui me semble aussi immense que la qualité des musiciens et leur culture musicale encyclopédique. Enfin c’est ce que j’ai ressenti quand ScytheMan m’a prescrit une petite cure de Toehider. Des voix dignes des empilements de Queen, des ruptures mélodiques à la Zappa, des chœurs fluides comme ceux de Transatlantic, des guitares Satrianiesques, et une très grosse œillade à Scenes From A Memory ou à Six Degrees du Cinéma des Rêves ! Et encore, je suis persuadé d’être passé à côté de pas mal de références déférentes plus ou moins cachées. Bref ScytheMan comme d’habitude sait ce qui va faire frémir le Boomer … parce que j’ai frémi, voire même frissonné, et plutôt deux fois qu’une. Bon, ok, à la première écoute je me suis demandé où le gars voulait en venir. Dire que ça part dans tous les sens ne serait pas juste (ah…l’injustice repointe le bout de son nez….), en tous cas pas suffisant, ça part dans tous les sens et pourtant l’ensemble se tient bien, et arrivé au terme de la première écoute on a bien envie d’en reprendre un petit coup. Bon choix.

Mais l’injustice que je ressents n’est que roupie de sansonnet, miette de baguette séchée, graine de millet, comparée à celle qui frappe Nils Lofgren. Comment se fait-il qu’un des trois meilleurs guitaristes au monde soit à ce point méconnu et sous évalué ? Même le fait d’être reconnu comme une pointure par Neil Young (il a tenu piano et guitare sur le troisième album du Loner puis a régulièrement collaboré avec lui et Crazy Horse ensuite) et par Bruce Springsteen (membre permanent du E Street Band depuis 1984 quand même…) ne lui a pas ouvert les portes de la célébrité. Mais apparemment lui ne parle pas d’injustice, mais de chance qu’il a eue de jouer avec ces deux monstres. Plutôt humble le garçon, et pourtant quel guitariste !! Et quelle discographie..

Plus de 40 albums… Sans compter un coffret de 9 CD pleins à ras bord de petites perles inédites… En essayant de faire un choix, j’avais bien conscience que j’allais être injuste envers le mètre étalon de l’injustice… Alors j’ai beaucoup écouté (et plus si affinités). Albums studio et Live, du premier jusqu’au dernier. Sans être pour autant plus avancé… Pas plus avancé, mais putain (désolé..) que ce guitariste est bon. C’est toujours léger et subtil, avec ces harmoniques rebondissantes ainsi que les nomme le maître de la technique (il joue avec un onglet au pouce la corde, et avec l’index de la même main il fait sonner une harmonique… https://www.youtube.com/watch?v=coNqbqnH3AM pour comprendre comment il fait). Acoustique ou électrique, aussi bon dans l’un ou l’autre registre. Capable de faire pleurer, hurler sa guitare comme aucun autre… Et quelle voix…. Accent ricain et fosses nasales biscornues font un bien bon cocktail. Alors bien sûr l’ album « Cry Tough » est incontournable. « Acoustic Live » aussi. Le « UK Face The Music Tour » pareil. Tout comme le « Live at The T&C ». Sans oublier tous les autres…

Alors, pour éviter de me triturer les méninges plus longtemps (un bon mois quand même…), j’ai opté pour le dernier Live paru. Deux pointures à la basse et à la batterie, Cindy Myzelle, choriste de premier choix, et bien sûr le frérot Tom Lofgren à la guitare et au clavier. Répertoire plutôt énergique, avec bien sûr deux ou trois bluettes parce que le Monsieur est très romantique. Certains pourront détester ce genre de mièvreries, mais bon, il suffit de passer au morceau suivant si on ne supporte pas…

La vraie injustice, ce n’est pas d’être un Boomer comme moi, c’est qu’un guitariste comme celui que vous allez écouter soit encore sous-évalué et méconnu à ce point.

Bonne écoute.

Liens entrants