avatar Blogus Librus

Un blog libre, à publication sporadique

  • Le soin, outil pour rétablir l'humain

    Depuis quelques jours je suis passé sur un nouveau poste, dans un nouveau service. Après 7 longs mois sur un poste bouche-trou à ranger des compotes et me balader dans le CHU pour livrer des bilans sanguins et remonter des médocs je suis enfin retourné dans mon cœur de métier (mot-compte-triple au CHU en ce moment): le soin.

  • La déshumanisation de la santé

    C’est un fait, depuis deux ans les instituts de formation au métier d’aide-soignant n’attirent plus les foules et l’année prochaine suit la même lancée. Pourtant le métier d’aide-soignant est un métier où le chomage est un mot étranger, où on compte plus d’offres d’emplois que d’aides-soignants disponibles.

    Alors pourquoi n’arrive-t-on pas à former suffisamment ? Serait-ce parce que les métiers de la santé sont en train de perdre leur part d’humanisme ? Essayons de faire un point subjectif.

  • Transmettre

    On aura beau dire, la transmission c’est quand même un truc de dingue. Un truc humain, un truc qui rapproche, un truc qui donne envie d’aller plus loin, d’explorer l’inconnu.

  • Le dédale hospitalier

    Un hôpital c’est un microcosme, une ville à part entière, une société qui comporte bien évidement ses castes, ses codes, ses tabous. Mais avant tout l’hôpital est un labyrinthe, et cela autant pour le personnel que pour les patients (où les usagers dans la mouvance actuelle des choses. Joli terme non ?)

  • Vivre avec le reste ou la distance professionnelle

    Voilà maintenant près de 4 mois que je suis professionnel et outre le mode de vie qui change, les tâches administratives qui pointent le bout de leurs nez prouvant bien que je suis définitivement rentré dans le monde des grands à mon plus grand désespoir sur ce sujet (c’est d’un chiant l’administratif), le taf me fait pas mal cogiter et pour cause, je suis souvent confronté à des situations singulières, des situations d’urgences vitales.

  • Hôpital by night

    Professionnel depuis presque deux mois je change en ce mois de septembre de service mais également d’horaires. Les 2-8 c’est terminé pour un mois, place à la nuit, à la pénombre, aux doutes.

    Changer de rythme comme cela en l’espace de quelques jours c’est assez spécial. Là où normalement un vendredi soir j’aurai pu dîner tranquillement avec ma moitié avant de regarder un film ou glander, ou encore sortir voir des amis et débattre de choses inutiles jusqu’au petit matin là je partais au travail. Sur la route déjà, on remarque la différence, moins de voiture, plus de gens à venir en ville qu’à s’en éloigner. On remarque alors que l’on va vivre à l’envers.

  • Première fois

    Il faut une première fois à tout, même si cela doit être désagréable et vienne perturber notre vie, on n’y coupe pas. Pour ma part c’était un jeudi 23 juin, il était 15h15.